• Des milliers de documents dans plus de 30 matières !
  • Satisfait ou remboursé !
  • Publiez et soyez rémunéré !
  • En savoir plus

Informations sur l'auteur

Etudiant
Niveau
Grand public
Etude suivie
droit des...
Ecole, université
Université...

Informations sur le doc

Date de publication
30/03/2007
Langue
français
Format
Word
Type
commentaire d'arrêt
Nombre de pages
4 pages
Niveau
grand public
Téléchargé
73 fois
Validé par
le comité Oboulo.com
1 réaction
4
réagissez !

Commentaire de l’arrêt Kherouaa du Conseil d’Etat du 2 novembre 1992

  1. Une application souple du principe de neutralité des services publics
    1. La primauté de la liberté d'expression au profit des usagers des services publics
    2. Le refus d'une interdiction absolue et générale de la liberté de manifester son appartenance religieuse dans le milieu scolaire
  2. L'existence d'un encadrement clairement défini du principe de neutralité
    1. La nécessité de maintenir l'ordre public
    2. L'amorce de nouveaux débats débouchant sur l'intervention du législateur

Les services publics sont soumis à quelques principes fondamentaux de fonctionnement, appelés aussi lois de Rolland et qui se trouvent être les principes de continuité, d’adaptation d’égalité et de neutralité des services publics. Le principe de neutralité découle de celui d’égalité et c’est d’ailleurs le Conseil d’Etat dans une décision du 18 septembre 1986 qui le qualifie de corollaire alors qu’ils sont longtemps restés confus l’un à l’autre. Ce principe implique que le service public ne favorise pas une personne ou une catégorie de personnes ou ne fonctionne pas de façon différenciée en fonction notamment, des convictions politiques ou religieuses des ses agents ou de ses usagers. Des services publics comme la culture ou l’enseignement sont des terrains sensibles à ce principe de neutralité des services publics. Dans les années 80 ce principe est de plus en plus invoqué dans le domaine de l’enseignement public à propos de tenues, à connotations religieuses, portées par des élèves de confession musulmane, dans le milieu scolaire. Un grand débat, ou l’on voit se mêler des principes comme la neutralité, la laïcité, la liberté de conscience ou d’expression, s’instaure alors et c’est ce que nous allons pouvoir constater en l’espèce dans cet arrêt rendu par le Conseil d’Etat le 2 novembre 1992.
Dans cette affaire trois jeunes filles, Samira Kherouaa, Hatice et Ayse Balo sont exclues du collège Jean Jaurès de Montfermeil par le conseil de discipline le 14 décembre 1990 pour avoir porté leur foulard islamique dans l’enceinte de l’établissement alors que cela était interdit par une décision du conseil d’administration du collège du 28 septembre 1990. Le recteur de l’académie de Créteil a confirmé ces deux décisions le 11 mars 1991. En conséquence les parents des trois jeunes filles saisissent le tribunal administratif de Paris pour faire annuler les décisions du conseil de discipline, du conseil d’administration ainsi que celle du recteur.
Le tribunal administratif rejette leurs demandes le 2 juillet 1991 et donc le conseil d’Etat est saisi le 25 octobre 1991.
Pour le tribunal administratif le port du foulard islamique viole les dispositions de l’article 13 du règlement intérieur du collège qui interdit explicitement le port de tout signe distinctif d’ordre religieux. Pour les parents des jeunes filles c’est à tort que le tribunal a rejeté leurs conclusions tendant à annuler l’article 13 du règlement intérieur ainsi que la décision du recteur confirmant les décisions prisent par le conseil de discipline et le conseil d’administration du collège constitutifs d’un excès de pouvoir car rien a été établi quant au caractère provocateur du port du voile, de la pression, du prosélytisme, de l’atteinte à la dignité humaine ou à l’ordre public que cela a pu engendrer. Ils mettent également en avant la liberté d’expression ou de conscience que l’on retrouve dans la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen ou dans la Constitution du 4 octobre 1958.
L’interdiction absolue du port de signes religieux dans le milieu de l’enseignement public est-elle conforme au principe de neutralité des services publics ?
A cela le Conseil d’Etat a répondu que ce n’était pas conforme au principe de neutralité et de laïcité des services publics car la liberté d’expression reconnue aux élèves ne peut faire l’objet d’une interdiction générale et absolue comme c’est le cas en l’espèce. En conséquence le Conseil d’Etat, par cet arrêt du 2 novembre 1992, annule le jugement rendu par le tribunal administratif de Paris le 2 juillet 1991. Egalement il annule l’article 13 du règlement intérieur du collège, ainsi que les décisions du recteur et du conseil de discipline.
D’une part il conviendra d’étudier l’application souple du principe de neutralité des services publics qui est fait dans cet arrêt (I), et d’autre part il conviendra d’envisager l’existence d’un encadrement clairement défini de ce principe (II).

[...] On peut donc dire qu’il y a une application souple du principe de neutralité car le Conseil d’Etat consacre la liberté religieuse des élèves, la non discrimination devant l’enseignement, la liberté d’expression ou de manifestation de son appartenance religieuse dans l’établissement scolaire. Il exprime donc le fait qu’il n’existe pas d’incompatibilité entre la laïcité, la neutralité et la liberté d’expression dans le milieu de l’enseignement public à propos de la religion et en cela on peut dire qu’il y a une primauté de la liberté d’expression au profit des usagers par rapport aux agents publics. [...]


[...] Tout d’abord on retrouve l’article 10 de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen ainsi que l’article 2 de la Constitution du 4 octobre 1958. A cela on peut ajouter le préambule de la constitution de 1946 et l’article 10 de la loi du 10 juillet 1989 ou il ait dit que dans les collèges et lycées les élèvent disposent dans le respect du pluralisme et du principe de neutralité de la liberté d’information et de la liberté d’expression. [...]


[...] Ils mettent également en avant la liberté d’expression ou de conscience que l’on retrouve dans la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen ou dans la Constitution du 4 octobre 1958. L’interdiction absolue du port de signes religieux dans le milieu de l’enseignement public est-elle conforme au principe de neutralité des services publics ? A cela le Conseil d’Etat a répondu que ce n’était pas conforme au principe de neutralité et de laïcité des services publics car la liberté d’expression reconnue aux élèves ne peut faire l’objet d’une interdiction générale et absolue comme c’est le cas en l’espèce. [...]


[...] Dans cette affaire trois jeunes filles, Samira Kherouaa, Hatice et Ayse Balo sont exclues du collège Jean Jaurès de Montfermeil par le conseil de discipline le 14 décembre 1990 pour avoir porté leur foulard islamique dans l’enceinte de l’établissement alors que cela était interdit par une décision du conseil d’administration du collège du 28 septembre 1990. Le recteur de l’académie de Créteil a confirmé ces deux décisions le 11 mars 1991. En conséquence les parents des trois jeunes filles saisissent le tribunal administratif de Paris pour faire annuler les décisions du conseil de discipline, du conseil d’administration ainsi que celle du recteur. Le tribunal administratif rejette leurs demandes le 2 juillet 1991 et donc le conseil d’Etat est saisi le 25 octobre 1991. [...]


[...] On peut donc dire que nous sommes maintenant dans une optique de consensus entre la liberté d’expression, le principe de laïcité et celui de la neutralité des services publics. [...]

...

Ces documents peuvent vous intéresser

CE, 8 novembre 1992, Kherouaa et autres

 Droit public & international   |  Administratif   |  Commentaire d'arrêt   |  22/03/2007   |  fr   |   .doc   |   8 pages

La jurisprudence Commerce en détail de la ville de Nevers, 30 mai 1930 - le principe de...

 Droit public & international   |  Administratif   |  Commentaire d'arrêt   |  02/09/2009   |  fr   |   .doc   |   4 pages

Plus vendu(s) en droit administratif

Fiches de droit administratif général

 Droit public & international   |  Administratif   |  Fiche   |  19/11/2008   |  fr   |   .doc   |   58 pages

Commentaire d'arrêt du Conseil d'Etat réuni en Assemblée plénière le 23 décembre 2011 : le vice...

 Droit public & international   |  Administratif   |  Commentaire d'arrêt   |  04/09/2013   |  fr   |   .doc   |   3 pages
Offert !

Veille européenne dans le secteur de la distribution du gaz et de l'électricité

Accéder à la dissert' du jour
Concours Oboulo !

Grâce à Oboulo, c'est 5 000€ de gains à gagner !

fin du concours dans
joursheuresminutessecondes PARTICIPEZ !