• Des milliers de documents dans plus de 30 matières !
  • Satisfait ou remboursé !
  • Publiez et soyez rémunéré !
  • En savoir plus

Informations sur l'auteur

Etudiante
Niveau
Avancé
Etude suivie
droit...
Ecole, université
Université...

Informations sur le doc

Date de publication
20/11/2009
Langue
français
Format
Word
Type
fiche
Nombre de pages
3 pages
Niveau
avancé
Téléchargé
4 fois
Validé par
le comité Oboulo.com
0 réaction
0
réagissez !

Contentieux constitutionnel : l’interprétation de la Constitution par le Conseil Constitutionnel

  1. Les cinq méthodes d'interprétation de la Constitution
  2. Les deux phases dans l'interprétation : l'acte de connaissance et l'acte de volonté
  3. La méthode de création de droits nouveaux
  4. L'interprétation créatrice du Conseil
  5. Les cas d'interprétation conciliatrice
  6. Hans Kelsen, Théorie pure du droit
  7. Exemple de plan d'un commentaire de la décision du 8 janvier 1991 sur la lutte contre le tabagisme et l'alcoolisme

On distingue cinq méthodes d’interprétation de la Constitution :
- Précédent : appliquer une solution déjà établie au cas d’espèce,
- Téléologique : chercher le but dans la volonté de l’auteur, mais dans la Constitution il y a plusieurs auteurs donc cela pose problème. Le Conseil se réfère souvent aux travaux préparatoires de la Constitution mais le peuple n’a pas voté la Constitution en fonction de la volonté du constituant,
- Littéral : sens clair, théorie appliquée par le CE pour le droit communautaire,
- Systémique : souvent utilisée par le Conseil constitutionnel, consiste à interpréter une disposition de la Constitution à la lumière d’une autre disposition de la Constitution, en cherchant une cohérence dans le système. Par exemple, l’art. 13 de la Constitution et la controverse autour du refus de F. Mitterrand de signer des ordonnances. A l’époque des lois de nationalisation, J. Chirac, Premier ministre, cherche à faire signer des ordonnances de la part du Président, lequel refuse sur la base de l’art. 13 : “le Président signe …”, mis en lumière avec l’art. 6 “le Président est garant de la Constitution”. Autre exemple, “le Président nomme le Premier ministre” mais selon l'art. 48 il doit être approuvé par le Parlement.
- Actiologique : reporter un système de valeurs dans la Constitution.

[...] Ainsi dans une décision de 1995, il découvre le principe de dignité de la personne humaine, en se basant sur le Préambule de 1946, première phrase peuple français rappelle son attachement aux droits de l’Homme . L’interprétation créatrice du Conseil va donc parfois très loin. Les cas d’interprétation conciliatrice sont également utilisés par le Conseil : deux dispositions au moins, de valeur constitutionnelle (sinon pas de conflit), doivent rendre la conciliation nécessaire et donc s’appliquer sur le même champ d’application. [...]


[...] La théorie traditionnelle de l’interprétation définit la détermination comme l’acte juridique qui doit ou peut être obtenu par tel ou tel procédé de connaissance du droit déjà existant. Il s’agit là d’un problème de politique juridique. Cependant, il est bien impossible de déterminer à partir de la Constitution, par interprétation, les lois qui seraient seules correctes, on ne peut davantage déterminer par interprétation, à partir de la loi, le jugement seul exact. Sur la possibilité d’établir ces normes ou ces valeurs, on ne peut en fait rien dire du point de vue du droit positif. [...]


[...] Par la voie d’une telle interprétation authentique, il est créé beaucoup de droits nouveaux - en particulier par les Cours suprêmes statuant en dernier ressort. Toute autre interprétation se distingue par le fait qu’elle n’est pas authentique, c’est-à-dire qu’elle ne crée pas de droit. Commentaire de la décision du 8 janvier 1991, sur la loi relative à la lutte contre le tabagisme et l’alcoolisme - Exemple de plan : I. La confirmation du droit de propriété par son actualisation A. [...]


[...] Président nomme le premier ministre” mais art il doit être approuvé par le Parlement. - Axiologique : reporter un système de valeurs dans la Constitution. L’interprétation est un acte libre avec des variantes différentes, H. Kelsen distingue deux phases dans l’interprétation : l’acte de connaissance (prendre connaissance des différents sens) et l’acte de volonté (prendre un seul sens et lui donner une force juridique). Selon M. Tropper, il existe des infinis de significations dans un énoncé, l’interprétation est pour lui un acte de volonté pur, mais il faut nuancer cette théorie. [...]

...

Ces documents peuvent vous intéresser

Le pluralisme dans la jurisprudence du Conseil Constitutionnel

 Droit public & international   |  Administratif   |  Mémoire   |  01/01/2000   |  fr   |   .doc   |   98 pages

Le Conseil constitutionnel et les droits fondamentaux

 Droit public & international   |  Constitutionnel   |  Dissertation   |  08/04/2009   |  fr   |   .doc   |   6 pages

Plus vendu(s) en droit constitutionnel

La question prioritaire de constitutionnalité

 Droit public & international   |  Constitutionnel   |  Dissertation   |  08/12/2011   |  fr   |   .doc   |   3 pages

La Constitution est-elle encore la norme suprême ?

 Droit public & international   |  Constitutionnel   |  Dissertation   |  11/01/2008   |  fr   |   .doc   |   8 pages
Offert !

Les sources du droit international privé

Accéder à la dissert' du jour
Concours Envoi de docs

5 000€ de gains à partager
Nouveau ! 2x plus de chances de gagner grâce à vos études de marché. en savoir plus

fin du concours dans
joursheuresminutessecondes PARTICIPEZ !