• Des milliers de documents dans plus de 30 matières !
  • Satisfait ou remboursé !
  • Publiez et soyez rémunéré !
  • En savoir plus

Informations sur l'auteur

étudiant
Niveau
Expert
Etude suivie
management...
Ecole, université
université

Informations sur le doc

Date de publication
30/12/2007
Langue
français
Format
Word
Type
dissertation
Nombre de pages
7 pages
Niveau
expert
Téléchargé
9 fois
Validé par
le comité Oboulo.com
0 réaction
0
réagissez !

Les marchés contestables, les implications et les limites de la théorie

  1. La théorie des marchés contestables
    1. Cas de la production simple
    2. Cas des productions multiples
  2. Les implications et les limites de la théorie

Le marché contestable est un marché sur lequel la concurrence potentielle (la « menace » d’entrée d’une entreprise concurrente) garantit les prix concurrentiels, même si le marché est en réalité dominé par une seule ou par plusieurs entreprises. Donc, l’idée développée par la théorie, est celle de la dispute d’un marché par les nouveaux entrants à des firmes déjà installées. Il serait donc préférable de parler de « marchés disputables », comme le souligne J. Bénard qui emprunte ce terme à J. Pavaux (Bénard [1988]), plutôt que « marchés contestables » qui correspond à une transposition de l’anglais «contestable markets» mais non à une traduction.

Les auteurs de base de cette théorie sont BAUMOL, PANZAR et WILLIG [B.P.W] qui ont rédigé l’ouvrage de référence « Contestable Markets and Theory of Industry Structure » en 1982. Ce livre constituera l’exposé fondamental de la théorie des marchés contestables qui a pour objectif de fournir une nouvelle analyse des structures de marchés. Elle est à la fois une branche de l’économie industrielle et une branche de la microéconomie. L’idée fondamentale est que la concurrence est gouvernée non par le nombre d’entreprises mais par les conditions d’entrée et de sortie de l’industrie.

Cette théorie fournit également un éclairage sur les politiques de déréglementation appliquées dans différents secteurs et pays, même si ces politiques l’ont précédé.

[...] Ainsi dans l’industrie du raffinage et de la distribution de pétrole en Europe de l’Ouest, plusieurs grandes firmes américaines (Gulf, Amoco, Marathon) ont pu se retirer dans les années 80 du fait de la faiblesse des coûts irrécupérables : la plus grande partie de leurs actifs a en effet été rachetée par la Koweit Petroleum Company. Le cas de la production multiple 1. Production jointe et coûts de production : B.P.W [1982] ont intégré le problème des coûts en production jointe dans l’examen des marchés contestables. [...]


[...] Cela nous permet d’établir le résultat suivant : s’il existe plusieurs firmes dans une configuration soutenable, chaque firme fixe un prix égal à son coût marginal et elle ne perçoit aucun profit les coûts irrécupérables et barrières à la sortie : Pour que la liberté d’entrée et de sortie soit assurée, il est nécessaire que l’implantation de nouvelles firmes dans le marché, comme leur retrait, puisse s’effectuer sans coûts. Cette dimension de la théorie des marchés contestables est analyser à l’aide d’un concept nouveau : les coûts irrécupérables ou coûts irréversibles (sunk costs). [...]


[...] Des auteurs ont cherché d’élargir le modèle de base en essayant de palier l’une des limites les plus décisives (l’absence de réaction de la firme en place à l’entrée de nouveaux concurrents) en faisant appel à la théorie des jeux. Bibliographie Angelier J.P., Economie Industrielle: une méthode d’analyse sectorielle, 3ème édition. Galais M., Economie industrielle: les stratégies concurrentielles des firmes. Hal R. VARIAN, Introduction à la microéconomie; 5ème édition. Médan P., Warin T Economie industrielle, une perspective européenne. Rainelli M., Economie Industrielle, 3ème édition, DALLOZ. [...]


[...] C'est là un résultat établi non par les auteurs à l'origine de la théorie des marchés contestables, mais par G. Faulhaber, en 1975. Supposons qu'une quantité q de bien puisse être produite soit par une firme unique supportant un coût soit par n entreprises offrant chacune la quantité q0 telle que q = Cette fonction sera dite sous additive, pour un nombre de firmes compris entre 1 et pour le niveau de production q. Si le niveau de production q correspond à la demande au secteur la plus élevée, la structure de production est celle d'un monopole naturel. [...]


[...] Selon son évaluation, la théorie des marchés contestables est composée de deux parties: l'analyse des coûts joints et la production multiple d'une part, la contestabilité de l'autre. Or, pour Shepherd, c'est la seconde qui est la plus importante, en raison de ses implications normatives. Pour Shepherd, la contestabilité n'est rien d'autre que entrée ultra- libre qui est soumise aux trois conditions suivantes : L'entrée est libre et sans limite, ou totale. Cela signifie qu'un entrant peut immédiatement remplacer toute firme déjà installée même un monopoleur. [...]

...

Ces documents peuvent vous intéresser

La théorie des marchés contestables

 Économie & marchés   |  Théories économiques   |  Dissertation   |  18/04/2002   |  fr   |   .doc   |   10 pages

Les marchés contestables, une conception moderne de la politique de la concurrence

 Économie & marchés   |  Théories économiques   |  Fiche   |  10/10/2000   |  fr   |   .doc   |   4 pages

Plus vendu(s) en économie générale

Processus de création d'entreprise: bar à thème

 Économie & marchés   |  Économie générale   |  Étude de marché   |  09/06/2006   |  fr   |   .doc   |   40 pages

L'économie de partage en France

 Économie & marchés   |  Économie générale   |  Mémoire   |  10/07/2013   |  fr   |   .pdf   |   47 pages
Offert !

Stratégie du groupe Carrefour sur le marché de la grande distribution

Accéder à la dissert' du jour
Concours Envoi de docs

5 000€ de gains à partager
Nouveau ! 2x plus de chances de gagner grâce à vos études de marché. en savoir plus

fin du concours dans
joursheuresminutessecondes PARTICIPEZ !