• Des milliers de documents dans plus de 30 matières !
  • Satisfait ou remboursé !
  • Publiez et soyez rémunéré !
  • En savoir plus

Informations sur l'auteur

Etudiant
Niveau
Grand public
Etude suivie
sciences...
Ecole, université
Sciences Po...

Informations sur le doc

Date de publication
30/09/2009
Langue
français
Format
Word
Type
dissertation
Nombre de pages
7 pages
Niveau
grand public
Téléchargé
12 fois
Validé par
le comité Oboulo.com
0 réaction
0
réagissez !

Les paysans et la République, 1848-1914

À la veille de seconde République les campagnes représentent 75 % de la population française et le monde rural reste prépondérant puisqu’au début des années 1910, c’est encore 56 % de la population française qui vit dans des communes de moins de 2 000 habitants. Ce poids démographique a donc des conséquences sur la vie politique française.

Le terme « Paysans » désigne les hommes et les femmes vivant à la campagne et s’occupant des travaux des champs. Or on peut déjà relever dans cette définition assez généraliste une ambigüité vu qu’on n’aborde pas la question de la propriété de la terre. Le terme « Paysans » regroupe donc l’ouvrier agricole sans terres que les paysans propriétaires, ce qui offre déjà une disparité des situations, avec des comportements, des attentes et donc intrinsèquement des interprétations politiques différentes. Le terme « République » lui aussi soulève des ambigüités. Du latin respublica, c’est un régime (politique) où le pouvoir et la puissance ne sont pas détenus par un seul, et dans lequel le Chef de l’Etat n’est pas héréditaire. Néanmoins on peut trouver une autre acception de République qui s’appuie davantage sur les racines grecques de ce mot qui désignent la chose publique. En 1848 cette seconde république, est d’abord une manifestation des urbains, qu’ils soient prolétaires ou de l’embryonnaire classe moyenne à la haute bourgeoisie. Ce concept né à Paris montre que la capitale reste un ilot d’expériences politiques, et est l’élément central qui va diriger le reste du territoire français. Bref la vie politique nationale se fait à Paris, du Palais Bourbon au quartier populeux de l’Est parisien en passant par l’Hôtel de Ville symbole des insurrections et de la Révolution française.

Comment la paysannerie française a-t-elle adhéré à la République ? Et inversement comment le concept républicain, parisien du moins urbain a-t-il accepté les paysans de 1848-1914 ?

[...] Maintenant que le châtelain est déchu, c’est autour des ecclésiastiques de quitter peu à peu leur rôle politique dans les campagnes françaises, laissant place à une nouvelle religion que sont la République et ses valeurs. Même si l’application de la loi Rouvier est difficile, il n’en demeure pas moins c’est un pas qui substitue la République à l’Ancien Régime dans les mœurs Les élections de 1906 où la gauche conforte sa majorité absolue avec 400 sièges. Clémenceau par sa figure autoritaire est un gage de stabilité. Mais autoritarisme fort dans le Midi contre une crise viticole, peu de législations pour le social. [...]


[...] Symbole de la force du courant républicain dans certaines campagnes. Paradoxe vu que ce sont les urbains qui restent indifférents au coup d’Etat du 2 décembre, et que ce sont les campagnes qui défendent au prix de leurs vies la République. Opposition confirmée au SU du 20-21 décembre où certes victoire LNB, mais elle n’est pas digne avec 30% d’opposition et abstention véritable million sur 9,6 millions). Pression administrations révélées dans les campagnes L’Histoire du 2nd Empire est l’Histoire de l’émancipation progressive du SU (Manuel) Promulgation par plébiscite irréfutable 21-22 novembre 1852, mais on observe déjà une forte abstention environ 2 millions contre 1,7 en décembre 51. [...]


[...] Thiers élu président de la République première décision est la paix = traité désastreux pour le moral national. La Q de l’Alsace Lorraine, des provinces perdues va être récurrente sous la IIIe étudiée des débats, patriotisme et nationalisme dont la campagne va en avoir l’écho et va vouloir sans cesse une revanche par rapport au voisin d’outre-Vosges. Ces élections vont agrandir le gouffre entre Paris et Province puisque la Commune de 1871 refuse la fin des combats, la paix désastreuse et le fait que les paysans incultes et immatures ont voulu une nouvelle restauration avec l’élection des monarchistes. [...]


[...] Comment la paysannerie française a-t-elle adhéré à la République ? Et inversement comment le concept républicain, parisien du moins urbain a-t-il accepté les paysans de 1848-1914 ? I. 1848-1870 : De l’instauration du Suffrage universel qui donne pour la première fois un rôle politique aux masses paysannes françaises à la guerre franco-prussienne qui sonne le glas du césarisme plébiscitaire de Louis-Napoléon Bonaparte. A. L’année 1848, une expérience marquante dans les campagnes françaises : 1. Le Contexte Le vote de la constituante dans les campagnes françaises et ses conséquences Des Campagnes aux situations différentes et disparates. [...]


[...] La Troisième République entre enracinement de ses valeurs et crises qui remettent en cause son existence (1879-1898) ? 1. L’enracinement par les réformes La Crise Boulangiste 3. Une République des Paysans. C. La République dans la tourmente se radicalise, voire se polarise t’elle ? 1. Affaire Dreyfus renforce sentiment qu’il faut laïciser le territoire Le caractère transitoire de cette période entre deux siècles Les campagnes dans la République s’engouffrent dans le XXe siècle ? Bibliographie Barjot, Encrevé, Chaline La France au XIXe siècle. Agulhon 1848 ou l’Apprentissage de la République 1848-1852. [...]

...

Ces documents peuvent vous intéresser

Mon village, ses routes, son école. 1848-1914, R. Thabault

 Histoire & géographie   |  Histoire contemporaine   |  Fiche de lecture   |  27/02/2006   |  fr   |   .doc   |   5 pages

Le monde paysan de 1848 à 1958

 Histoire & géographie   |  Histoire contemporaine   |  Dissertation   |  22/05/2009   |  fr   |   .doc   |   9 pages

Plus vendu(s) en histoire contemporaine

Historiographies, concepts et débats, Tome 1, 1ère partie - C. Delacroix, F. Dosse, P. Garcia, N....

 Histoire & géographie   |  Histoire contemporaine   |  Fiche de lecture   |  16/08/2013   |  fr   |   .doc   |   27 pages

Les sociétés coloniales à l'âge des empires, des années 1850 aux années 1950 - Divers auteurs

 Histoire & géographie   |  Histoire contemporaine   |  Fiche de lecture   |  16/08/2013   |  fr   |   .doc   |   27 pages
Offert !

Les introductions en bourse

Accéder à la dissert' du jour
Concours Envoi de docs

5 000€ de gains à partager
Nouveau ! 2x plus de chances de gagner grâce à vos études de marché. en savoir plus

fin du concours dans
joursheuresminutessecondes PARTICIPEZ !