• Des milliers de documents dans plus de 30 matières !
  • Satisfait ou remboursé !
  • Publiez et soyez rémunéré !
  • En savoir plus

Informations sur l'auteur

etudiant
Niveau
Grand public
Etude suivie
informatique
Ecole, université
IUT A Lyon 1

Informations sur le doc

Date de publication
28/12/2009
Langue
français
Format
Word
Type
dissertation
Nombre de pages
3 pages
Niveau
grand public
Téléchargé
5 fois
Validé par
le comité Oboulo.com
0 réaction
0
réagissez !

A-t-on le droit de mentir ?

  1. La conception selon laquelle la vérité est en devoir
  2. Les circonstances où le mensonge est un devoir et donc un droit

Lorsqu’on ment, on donne comme vrai ce que l’on sait être faux, il y a à la racine de l’acte, l’intention de tromper. Le mensonge peut très bien servir une bonne comme une mauvaise cause. On distingue ainsi trois cas : celui qui ment mais sans le savoir, on parle ici de véracité, celui qui ment en toute conscience dans l’intention de nuire à autrui et enfin celui qui ment dans l’espoir de faire du bien. De manière spontanée, on condamne le mensonge et si le mensonge est condamné c’est avant tout semble-t-il parce qu’il consiste à tromper l’autre, à lui masquer la vérité ou à la transformer. Toute une tradition fait de la vérité un devoir : le christianisme considère que tout mensonge est un pêché. Pourtant, en même temps, il nous arrive d'affirmer que toute vérité n'est pas bonne à dire et il existe des circonstances où nous savons pertinemment que dire la vérité nuira à autrui.
Que faut-il alors en penser : y a-t-il un devoir absolu de vérité ou est-il parfois moral de taire ce qu'on sait ? Peut-on dire que la véracité est un devoir c'est à dire un impératif universel ? Sommes-nous autorisés à mentir selon un droit au sens juridique ou au sens moral. Si on peut légitimer le mensonge alors en quelles circonstances et selon quels critères est-ce possible et quelles en sont les limites ?

[...] Kant rejette dans son essai consacré à la question du mensonge le prétendu droit de mentir. En effet, selon lui, la vérité n'est pas un bien que l'on possède et sur lequel un droit serait reconnu à l'un et refusé à l'autre. Ainsi, le mensonge pour être reconnu comme condamnable n'aurait pas besoin d'être défini comme nuisible à autrui : le mensonge est mauvais en soi. Par la même Kant détruit les deux illusions du mensonge involontaire et du mensonge bien intentionné. [...]


[...] A-t-on le droit de mentir ? Lorsqu’on ment, on donne comme vrai ce que l’on sait être faux, il y a à la racine de l’acte, l’intention de tromper. Le mensonge peut très bien servir une bonne comme une mauvaise cause. On distingue ainsi trois cas : celui qui ment, mais sans le savoir, on parle ici de véracité, celui qui ment en toute conscience dans l’intention de nuire à autrui et enfin celui qui ment dans l’espoir de faire du bien. [...]


[...] C’est par exemple le cas d’un enfant adopté. En effet, la conscience morale des parents adoptifs de cet enfant les empêche d’exprimer la vérité qui pourrait détruire la personnalité de l’enfant. La vérité devient donc dans ce cas une arme très dangereuse, qui causera de grands problèmes psychologiques à l’enfant, et une rupture dans les relations entre les parents adoptifs et l’enfant. La plupart du temps, c'est pour dissimuler une vérité blessante ou gênante que l'on ment. On peut avoir face à nous un individu faible psychologiquement, et donc on sait pertinemment qu’une vérité peut détruire la personnalité d’une personne, la rendre dépressive, la blesser psychologiquement. [...]


[...] Dans la profession médicale, plusieurs lois font du mensonge un devoir, et donc un droit. C’est le secret professionnel. La loi prévoit donc des cas qui autorisent le mensonge au nom de la bonne conscience morale. Ces autorisations ont pour seul but de protéger des personnes, et non pas de les utiliser pour une fin. C’est dans ce concept que Benjamin Constant s’oppose à Kant. Il refuse de considérer la vérité comme un devoir, c’est-à-dire à interdire le mensonge. Néanmoins, il refuse la thèse suivant laquelle on pourrait mentir en toute circonstance. [...]

...

Ces documents peuvent vous intéresser

Les hommes politiques ont-ils le droit de mentir ?

 Politique & international   |  Sciences politiques   |  Dissertation   |  28/12/2001   |  fr   |   .doc   |   6 pages

Est-ce plus grave de se mentir à soi-même que de mentir à autrui ?

 Philosophie & littérature   |  Culture générale & philosophie   |  Dissertation   |  21/12/2008   |  fr   |   .doc   |   3 pages

Plus vendu(s) en philosophie

Cours de culture générale pour les étudiants préparant les concours des grandes écoles ou les...

 Philosophie & littérature   |  Culture générale & philosophie   |  Cours   |  15/05/2013   |  fr   |   .doc   |   170 pages

Quelques notions de culture générale

 Philosophie & littérature   |  Culture générale & philosophie   |  Dissertation   |  23/11/2006   |  fr   |   .doc   |   50 pages
Offert !

Analyse stratégique du groupe Renault (2011)

Accéder à la dissert' du jour
Concours Envoi de docs

5 000€ de gains à partager
Nouveau ! 2x plus de chances de gagner grâce à vos études de marché. en savoir plus

fin du concours dans
joursheuresminutessecondes PARTICIPEZ !