• Des milliers de documents dans plus de 30 matières !
  • Satisfait ou remboursé !
  • Publiez et soyez rémunéré !
  • En savoir plus

Informations sur l'auteur

 
Niveau
Grand public
Etude suivie
Autres
Ecole, université
Lycée de...

Informations sur le doc

Date de publication
30/09/2009
Langue
français
Format
Word
Type
commentaire de texte
Nombre de pages
5 pages
Niveau
grand public
Téléchargé
10 fois
Validé par
le comité Oboulo.com
0 réaction
0
réagissez !

Critique personnelle de "Grâce et dénuement" - Alice Ferney

  1. Notice, thèmes, résumé
    1. Résumé du livre et critique
    2. Thèmes du livre et critique
  2. Étude du roman
    1. Critiques du roman
    2. Prix littéraires
  3. Biographie et interviews d'Alice Ferney
  4. Critique littéraire personnelle

Par ce livre, Alice Ferney nous invite à voyager dans la vie des gitans souvent peu connue et incomprise du grand public. Elle a voulu pénétrer dans l’univers particulier et intime des Tziganes mais n'a fait qu'appuyer davantage sur les clichés développés par la société actuelle. Le livre est écrit dans un style familier et délicat qui est accessible à tous. Tout au long du livre, il n'y a que le discours indirect qui est employé mais la lecture reste agréable et très vivante.

Esther la bibliothécaire qui est en fait l'héroïne de l'histoire apporte un regard triste et réaliste sur la situation des gitans et conforte le lecteur dans ses impressions. Cette femme d'une quarantaine d'années consacre beaucoup de son temps aux gitans qui pourtant ont du mal à l'accepter, ils la surnomment pendant longtemps "la gadjé" ce qui signifie l'étrangère. La qualité d'écriture d'Alice Ferney suscite l'admiration du lecteur envers Esther pour son dévouement. Tous les mercredis, Esther vient leur rendre visite pour faire connaître aux enfants la lecture

[...] Les ellipses temporelles dissimulent les absences d’Esther. L'incompréhension entre hommes et femmes est très accentuée : " Angéline le répétait : les hommes et les femmes, c’est rien de commun, et ça tient toujours à cause des femmes". Le temps passe sans que le lecteur s'en rende compte, c'est par rapport à l'évolution de Djumbo que nous nous situons dans le temps : " Assis devant le feu, à côté de sa grand-mère, Djumbo sortait et remettait dans sa bouche une tétine " Djumbo battait les mains " il voulait marcher et se mit à crier " il avait quatre dents en bas et quatre dents en haut qui parraisaient immenses dans sa figure Envoutantes, ces vies qui se déroulent à notre insu, le temps du roman on éprouve de la pitié envers les gitans, on a envie de prendre ces enfants dans nos bras, de leur faire prendre un bon bain, de leur offrir un vrai repas, un bon lit . [...]


[...] Ils ne possédaient que leur caravane et leur sang. Mais c'était un sang jeune qui flambait sous la peau, un flux pourpre de vitalité qui avait séduit des femmes et engendré sans compter. Aussi, comme leur mère qui avait connu le temps des chevaux et des roulottes, ils auraient craché par terre à l'idée d'être plaints." Je trouve ce résumé assez satisfaisant, hormis la première phrase qui ne résume à mon avis pas bien le livre . En lisant: " Rares sont les Gitans qui acceptent d'être tenus pour pauvres le lecteur s'attend à lire un livre qui raconte la vie des gitans en général, et parle de leur pauvreté . [...]


[...] Rien de commun ici par exemple avec Grâce et dénuement, Alice Ferney : J'écoute les leçons des grands. Dans Lettrines, Julien Gracq souligne à quel point le choix du sujet est fondamental. Puisque le sujet est nouveau, le livre est nouveau, même si j'ai toujours mes obsessions, la féminité, la différence des sexes, la maternité qui apparaît moins dans ce livre-ci, mais qui a tenu un rôle important dans mes précédents. Fnac.net : La forme romanesque que vous employez est assez proche du théâtre. [...]


[...] On est touché par la fierté des parents qui auront un enfant qui saura lire et nager. L'auteur fait l’éloge des livres et de la lecture : "Je crois que la vie à besoin des livres, dit Esther, je crois que la vie ne suffit pas", " elle lut comme si cela pouvait tout changer " Elle lisait et le reste attendait " Elle lut avec de la tendresse pour eux et de la foi dans les histoires " . À travers la description des enfants, Alice Ferney utilise le registre pathétique. [...]


[...] ●Biographie et interview d'Alice Ferney Alice Ferney est née le 21 novembre 1957 à Paris, elle a fait des études de commerce à l'ESSEC et est titulaire d'un doctorat en sciences économiques, elle enseigne aujourd'hui à l'université d'Orléans, elle est mariée et a trois enfants. Adepte du roman classique, ses thèmes de prédilection sont la féminité, la différence des sexes, la maternité, les sentiments amoureux La romancière écrit sous un nom d'emprunt, car son premier roman n'a pas plu à son mari, elle ne voulait donc pas qu'il porte son nom. Alice Ferney s'appelle en réalité Cécile Gavriloff. Elle choisit ce prénom en hommage à Lewis Carroll et son "Alice au pays des merveilles". [...]

...

Ces documents peuvent vous intéresser

Les Tsiganes : les inconnus de l'Histoire

 Histoire & géographie   |  Histoire contemporaine   |  Dissertation   |  28/12/2006   |  fr   |   .doc   |   46 pages

Plus vendu(s) en littérature

Littérature et société en France de 1870 aux années 1980

 Philosophie & littérature   |  Littérature   |  Cours   |  22/03/2010   |  fr   |   .doc   |   8 pages

Les fonctions de la littérature

 Philosophie & littérature   |  Littérature   |  Fiche   |  12/04/2010   |  fr   |   .doc   |   7 pages
Offert !

Analyse du secteur de l'eau en bouteille en France en 2009, en vue du lancement d'un nouveau produit

Accéder à la dissert' du jour
Concours Envoi de docs

5 000€ de gains à partager
Nouveau ! 2x plus de chances de gagner grâce à vos études de marché. en savoir plus

fin du concours dans
joursheuresminutessecondes PARTICIPEZ !