• Des milliers de documents dans plus de 30 matières !
  • Satisfait ou remboursé !
  • Publiez et soyez rémunéré !
  • En savoir plus

Informations sur l'auteur

sans
Niveau
Grand public
Etude suivie
littérature
Ecole, université
Université...

Informations sur le doc

Date de publication
05/12/2009
Langue
français
Format
Word
Type
commentaire de texte
Nombre de pages
5 pages
Niveau
grand public
Téléchargé
2 fois
Validé par
le comité Oboulo.com
0 réaction
0
réagissez !

Amers, Saint-John Perse : poème VII

  1. L'attente et le désir des jeunes filles
  2. La vision leur annonçant l'arrivée du soir tant attendu où elles connaitront l'amour
  3. En direction de la mer
  4. Quitter l'enfance pour devenir mères

Le poème à analyser est le septième du recueil Amers de Saint John Perse. Il est composé d’une introduction et de quatre parties dont la dernière est une sorte de conclusion et d’ouverture qui annonce le prochain poème.
L’introduction comporte deux strophes, dont la première est composée de trois versets, et la deuxième, de deux versets. La première et la deuxième parties comportent trois strophes chacune, la troisième, cinq strophes, et la dernière, une seule strophe. La langueur des strophes est inégale.

Le poème débute avec la voix du poète qui nous présente les jeunes filles, qui entrent à leur tour sur la scène. La présentation est faite par le temps qu’il fait « douceur d’une aube entre les Îles ». Le pluriel « Îles » et la majuscule mettent l’accent sur l’origine des filles, ce sont des iliennes qui proviennent de différentes Îles. Toutefois, ces iliennes sont convoquées par les filles qui habitent l’île où se fera la rencontre des hommes venus du large : « hélant les filles d’autres rives ». Le pronom possessif « nos » fait, d’ailleurs, la distinction entre celles qui sont sur place et celles qui sont « hôtes ».

[...] Ce soir est également un soir exceptionnellement propice à l’amour : qui n’a aimé le jour, il aimera ce soir L’anaphore du vers ouvrir s’ouvrent, ouvrez, ouvrez symbolise la disposition des filles à accueillir l’amour. C’est un signe d’hospitalité. Elle dévoile aussi leur impatience et leur impétuosité et leur enthousiasme. De même, l’évocation des jarres connote la défloration, et donc l’acte amoureux pour lequel elles sont prêtes. Les plantes laineuses et les caps font d’ailleurs allusion aux attributs des jeunes filles et des hommes, qui se plaisent dans la rencontre. [...]


[...] Elle s’ouvre sur l’expression un soir couleur de scille et de scabreuse Le soir est qualifié par sa couleur, la couleur bleue. Couleur du ciel et de la mer, mais également, couleur de l’attirance sexuelle entre deux sexes opposés. La première strophe évoque des images de bonheur tourterelle verte, heureuse flute mais également certains termes ont plutôt une connotation négative plaintes, craigne, cri, aboi Le caractère antithétique de ce champ lexical s’explique par la peur qui accompagne toute découverte de l’inconnu. Les jeunes filles ne savent ce qui les attend, ni l’aboutissement de leur expérience mystique. [...]


[...] Le cortège féminin est donc composé de femmes de tous les âges. Mais c’est probablement aussi une allusion aux différentes étapes par lesquelles vont passer les jeunes filles. Dans le deuxième verset, intervient la voix des filles. Le nombre des strophes est significatif, puisque le chiffre deux est le chiffre de la divinité, de la fusion et de la plénitude. Il résume la quête de ces filles, qui allument le feu pour attirer les marins à leurs rives, afin de s’unir. [...]


[...] L’anaphore nos feux ce soir ! et la ponctuation de ce verset (les points d’exclamation et les points de suspension) montrent l’état d’excitation des jeunes filles et leur empressement amoureux. Elles ne veulent pas rater l’occasion qui leur est offerte en ce soir unique où il y aura la révélation et la rencontre tant attendue. C’est le «dernier soir de l’attente, et le bon soir, il ne faut donc pas le laisser passer. La structure du reste du poème va crescendo de la description du désir de l’union à une invitation explicite de l’homme de mer : viens et prends ! [...]


[...] Nous avons l’impression d’un rapport amoureux entre la mer et le ciel qui a gouté à son sel, d’autant plus que l’expression ce grand ciel de mer évoque la confusion et l’entremêlement de ces deux éléments. C’est l’union du haut et du bas qui symbolise la fusion à venir des amoureux. Les filles évoquent d’ailleurs pour la première l’objet de leur amour, l’homme de la mer L’emploi de l’article défini, montre qu’elles connaissent bien l’homme en question, pour avoir entendu souvent le cri de ses poulies comme il sera indiqué dans le poème suivant, où l’étranger viendra enfin accosté sur leur île. [...]

...

Ces documents peuvent vous intéresser

Fragmentation et totalité chez Pierre Emmanuel

 Philosophie & littérature   |  Littérature   |  Thèse   |  26/09/2007   |  fr   |   .pdf   |   219 pages

Les figures d'Orphée chez Pierre Emmanuel

 Philosophie & littérature   |  Littérature   |  Thèse   |  26/09/2007   |  fr   |   .pdf   |   308 pages

Plus vendu(s) en littérature

"Peau noire, masques blancs" de Frantz Fanon

 Philosophie & littérature   |  Littérature   |  Fiche de lecture   |  15/04/2006   |  fr   |   .doc   |   8 pages

Etude du « Cahier d'un retour au pays natal » - Aimé Césaire

 Philosophie & littérature   |  Littérature   |  Commentaire de texte   |  22/05/2014   |  fr   |   .pdf   |   44 pages
Offert !

Les stratégies gagnantes dans le prêt-à-porter : comment se distinguent les petites marques face aux géants du secteur ?

Accéder à la dissert' du jour
Concours Envoi de docs

5 000€ de gains à partager
Nouveau ! 2x plus de chances de gagner grâce à vos études de marché. en savoir plus

fin du concours dans
joursheuresminutessecondes PARTICIPEZ !