• Des milliers de documents dans plus de 30 matières !
  • Satisfait ou remboursé !
  • Publiez et soyez rémunéré !
  • En savoir plus

Informations sur l'auteur

 
Niveau
Expert

Informations sur le doc

Date de publication
15/05/2006
Date de mise à jour
12/12/2013
Langue
français
Format
Word
Type
dissertation
Nombre de pages
3 pages
Niveau
expert
Téléchargé
19 fois
Validé par
le comité Oboulo.com
1 réaction
4
réagissez !

Le Dernier Jour d’un condamné de Victor Hugo - le journal pour exprimer la force du souvenir et du regret

  1. L'auteur utilise la forme du journal dans le but de rendre la pensée du condamné plus proche de la nôtre
  2. La force du souvenir et surtout du regret
  3. La structure du texte révèle l'intention de l'auteur d'exprimer la puissance du souvenir et la force du regret

Le Dernier Jour d’un condamné, écrit par Victor Hugo et publié en 1829, relate l’expérience extraordinaire de celui qui sait sa mort proche et exprime dans son journal ce qu’il ressent. Le passage que nous allons étudier, et qui clôt l’œuvre, montre bien le caractère personnel de l’écriture du journal, la puissance des regrets qui assaillent son auteur et le double enfermement qui le retient prisonnier corps et âme.

[...] La construction même du texte crée un effet de contraste entre les deux moments évoqués : le passé et le présent ; trois paragraphes sont consacrés au présent, et un seul au passé ; mais ce dernier est placé au milieu des trois autres et il occupe, à lui seul, deux lignes de plus que les autres ensemble. Ceux-ci sont particulièrement courts : une demi- ligne, puis une et demie, puis trois. Ce contraste entre brièveté et longueur est souligné par la propension des phrases à s’allonger dans le paragraphe central, alors que l’évocation du présent passe par des phrases très courtes : condamné à mort ! [...]


[...] plus qu’une pensée, qu’une conviction, qu’une certitude On doit voir dans le mot une non l’article indéfini, mais l’adjectif numéral : la répétition ne souligne pas le caractère indéfini de la pensée du condamné, mais son caractère obsédant. La structure du texte révèle donc bien l’intention de l’auteur d’exprimer la puissance du souvenir et la force du regret grâce au seul contraste entre les deux époques. Maintenant, je suis captif. Mon corps est aux fers dans un cachot ; ainsi s’exprime le condamné à mort dans le dernier paragraphe du texte. [...]


[...] Enfin, le dernier procédé qui souligne la variété et la richesse du souvenir est la forme et le rythme des phrases ; on doit se rappeler la longue phrase énumérative centrale des lignes 10-13. Mais on peut remarquer aussi que presque chaque phrase adopte un rythme binaire ou ternaire : Chaque jour, chaque heure, chaque minute ou sans ordre et sans fin (l.7 et 9). Le condamné, enfermé dans sa prison, regrette donc avant tout cet aspect du passé. Sa frustration naît aussi de la privation de liberté. [...]

...

Ces documents peuvent vous intéresser

Le Panthéisme serein de Victor Hugo

 Philosophie & littérature   |  Littérature   |  Dissertation   |  19/04/2008   |  fr   |   .doc   |   11 pages

Commentaire de la préface du "Dernier jour d'un condamné", Victor Hugo, 1832

 Philosophie & littérature   |  Littérature   |  Dissertation   |  19/04/2008   |  fr   |   .doc   |   2 pages

Plus vendu(s) en littérature

Les fonctions de la littérature

 Philosophie & littérature   |  Littérature   |  Fiche   |  12/04/2010   |  fr   |   .doc   |   7 pages

La préface de Cromwell : « Le théâtre est un point d'optique, tout ce qui existe dans le monde,...

 Philosophie & littérature   |  Littérature   |  Dissertation   |  22/03/2008   |  fr   |   .doc   |   5 pages
Offert !

Création d'une entreprise de taxis exclusivement pour femmes - Business Plan

Accéder à la dissert' du jour
Concours Oboulo !

Grâce à Oboulo, c'est 5 000€ de gains à gagner !

fin du concours dans
joursheuresminutessecondes PARTICIPEZ !