• Des milliers de documents dans plus de 30 matières !
  • Satisfait ou remboursé !
  • Publiez et soyez rémunéré !
  • En savoir plus

Informations sur l'auteur

aucune
Niveau
Avancé
Etude suivie
sciences...
Ecole, université
iep...

Informations sur le doc

Date de publication
04/01/2008
Langue
français
Format
Word
Type
dissertation
Nombre de pages
10 pages
Niveau
avancé
Téléchargé
20 fois
Validé par
le comité Oboulo.com
0 réaction
0
réagissez !

Champ et représentation politique chez Bourdieu

  1. Pierre Bourdieu conceptualise la notion de champ en tant qu'elle est une analyse plus fine des relations de pouvoir au sein d'une société donnée
  2. Ce mouvement de complexification des relations de pouvoir s'effectue dans deux directions
  3. Le concept de champ fournit à Bourdieu l'occasion de proposer une nouvelle économie du pouvoir purgée de tout réductionnisme ainsi que de tout unilatéralisme

Il y a, au cœur de la sociologie bourdieusienne, une double exigence théorétique qui est au fondement même de sa praxéologie. Cette double exigence s’articule elle-même autour de deux ruptures épistémologiques majeures qu’il se propose d’opérer. La première est corrélative à l’intuition originelle de son œuvre en ce que Bourdieu s’étonne de ce qu’il appelle le « paradoxe de la doxa », à savoir le fait que l’ordre du monde, tel qu’il est, soit relativement respecté. Face à la singularité de ce questionnement, c’est toute la méthodologie bourdieusienne qui opère, elle aussi, une véritable rupture épistémologique en ce que Bourdieu se propose de mettre à nu les mécanismes d’éternisation de l’histoire, les mécanismes d’« éternisation de l’arbitraire » qui sont autant d’effets de la violence symbolique pour parler selon sa terminologie propre. Pour cela, Bourdieu se donne pour tâche de « neutraliser les mécanismes de neutralisation de l’histoire » comme il l’exprime, c’est-à-dire de découvrir la contingence même de faits sociaux dont un système institutionnel voudrait nous faire croire à l’historicisme absolu. Ainsi, dans ce travail de déconstruction du monde social, la notion de champ apparaît comme cardinale. À la fois lieu autonome et lieu de luttes pour ses trophées symboliques propres, le champ contribue en effet à dé-naturaliser les rapports sociaux de domination : ceux-ci se voient dès lors purgés de toute forme d’inconscience, elle-même issue d’un schème de domination trop réducteur puisque moniste. Plus encore, je dirais que puisqu’elle est centrée sur les facteurs de domination internes à chaque champ et non seulement sur ses influences externes comme dans le cas d’un matérialisme historique trop réducteur qui verrait en les seules coordonnées économiques la clé du mystère des relations sociales; l’analyse bourdieusienne en termes de champs rend plus subtile l’appréhension des relations de pouvoir au sein d’un groupe social donné. Ainsi le facteur économique n’est plus le seul mécanisme explicatif des relations de pouvoir – comme dans le cadre du matérialisme historique – et ce sans pour autant qu’il soit réduit à néant. Simplement, le facteur économique devient un facteur parmi d’autres de cette intellection, il en devient un facteur certes nécessaire, mais non plus suffisant. En fait, puisque les champs sont pluraux et qu’ils sont un lieu d’investissements – libidinal, dira Bourdieu – de la part des acteurs concernés, la relation de pouvoir entre deux individus ne peut plus être comprise comme une relation d’ordre unilatérale ; c’est là l’apport majeur de la méthodologie bourdieusienne. Appliquée à la théorie de la représentation politique, la théorie bourdieusienne des champs parvient ainsi à briser l’irénisme d’une méritocratie républicaine et à requalifier toute la différence de nature qui sépare le gouvernant du gouverné, notamment en termes de barrière à l’entrée du champ politique.

[...] Ce mouvement de complexification des relations de pouvoir s’effectue dans deux directions. La première consiste à pluraliser, à démultiplier les lieux de pouvoirs en autant de champs considérés ; la seconde se donne pour tâche de rendre aux individus un rôle actif et non plus une domination vécue sur le mode de l’inconscience totale dans la définition même de leurs positions au sein d’un champ donné. Néanmoins, la tendance à une autonomisation trop poussée de la catégorie de champ ainsi que l’écueil de l’homologie des différents champs constitués constituent autant de limites qu’il est possible d’apporter à la théorie bourdieusienne des champs. [...]


[...] Champ et représentation politique chez Bourdieu Introduction Il y au cœur de la sociologie bourdieusienne, une double exigence théorétique qui est au fondement même de sa praxéologie. Cette double exigence s’articule elle-même autour de deux ruptures épistémologiques majeures qu’il se propose d’opérer. La première est corrélative à l’intuition originelle de son œuvre en ce que Bourdieu s’étonne de ce qu’il appelle le paradoxe de la doxa à savoir le fait que l’ordre du monde, tel qu’il est, soit relativement respecté. [...]


[...] Si les champs se différencient bien par leur contenu émotionnel et symbolique, leurs structures, leurs modalités de fonctionnement sont, elles, bel et bien similaire d’un champ à l’autre. Loin d’y avoir une différence de nature entre les champs, il n’y a chez Bourdieu qu’une différence de degré d’un champ à l’autre. En ce sens, la focalisation que j’apporte ici sur la théorie des champs appliquée à la représentation politique n’est qu’un exemple parmi d’autres d’application de cette division de l’espace social. [...]


[...] D’une part l’insertion dans un champ suppose la possession préalable d’un capital relatif à l’entrée dans ce champ, celui-ci pouvant être politique, culturel ou économique. L’insertion dans un champ n’est donc pas neutre, celle-ci présuppose l’acquisition d’un bagage cognitif, ou plutôt éco-nomique selon la définition donnée par Vladimir Jankélévitch de la fonction mnésique de l’économie. C’est à ce niveau qu’intervient chez Bourdieu la notion d’habitus, véritable disposition préréflexive donnant droit à l’accès dans un champ donné. Les champs apparaissent ainsi comme de véritables lieux autonomes de pouvoir, qui ont leur règle même si, et on va le voir, il faut apporter deux limites majeures à cette vision de l’autonomie des champs de pouvoir et qui sont bornés par leurs ressources propres et aussi par leurs acteurs propres. [...]


[...] Son structuralisme saurait ainsi conférer toute sa place au rôle joué par les individus (notamment en termes de lutte et d’investissement libidinal) tout en accordant un rôle décisif non pas à une structure d’ensemble, mais bien à des structures particulières, à savoir, chez Bourdieu, les champs ; et ce sans pour autant se précipiter dans l’écueil d’un individualisme absolu (Mancur Olson) conférant aux acteurs sociaux la pleine puissance de leurs moyens (public choice theory, théories de la rationalité). C’est donc dans cet entre-deux que ces penseurs vont à la fois mettre à l’épreuve de l’historicité des éléments de pouvoir considérés allant de soi et proposant un amendement au marxisme tout en en proposant une relecture subversive. Plus précisément encore, je crois qu’il est nécessaire d’insister sur le caractère dynamique, enchâssé, de cette pensée post-structuraliste pour comprendre quels sont les ressorts de la sociologie bourdieusienne. [...]

...

Ces documents peuvent vous intéresser

Les représentations politiques des étudiants à Yaoundé (1963-2005): entre reproduction et...

 Politique & international   |  Sciences politiques   |  Mémoire   |  17/01/2008   |  fr   |   .pdf   |   82 pages

La représentation politique - Pierre Bourdieu : les partis politiques sont-ils réellement la voix...

 Politique & international   |  Sciences politiques   |  Dissertation   |  06/03/2013   |  fr   |   .doc   |   4 pages

Plus vendu(s) en sciences politiques

La géographie des conflits - Maie Gérardot et Philippe Lemarchand

 Politique & international   |  Sciences politiques   |  Fiche de lecture   |  16/10/2013   |  fr   |   .doc   |   44 pages

Police administrative et libertés fondamentales

 Politique & international   |  Sciences politiques   |  Dissertation   |  24/04/2007   |  fr   |   .doc   |   5 pages
Offert !

L'avenir de la grande distribution

Accéder à la dissert' du jour
Concours Envoi de docs

5 000€ de gains à partager
Nouveau ! 2x plus de chances de gagner grâce à vos études de marché. en savoir plus

fin du concours dans
joursheuresminutessecondes PARTICIPEZ !