• Des milliers de documents dans plus de 30 matières !
  • Satisfait ou remboursé !
  • Publiez et soyez rémunéré !
  • En savoir plus

Informations sur l'auteur

Etudiant
Niveau
Grand public
Etude suivie
sciences...
Ecole, université
Institut...

Informations sur le doc

Date de publication
25/06/2007
Langue
français
Format
Word
Type
dissertation
Nombre de pages
5 pages
Niveau
grand public
Téléchargé
56 fois
Validé par
le comité Oboulo.com
0 réaction
0
réagissez !

La presse, un quatrième pouvoir?

  1. La presse est qualifiée de `4ème pouvoir ' dans la mesure ou, intrinsèquement liée au régime représentatif, elle est l'un des pouvoirs principal du peuple
    1. Un contre-pouvoir permettant de préserver la démocratie
    2. La presse possède un pouvoir d'influence sur le comportement des individus
  2. Malgré l'image qu'on lui donne de ` 4ème pouvoir ', il faut relativiser le pouvoir de la presse car de nouveaux rapports entrent en jeu
    1. Si son influence sur les individus ne peut être niée, elle possède cependant un pouvoir limité
    2. Une presse domestiquée : l'autonomie qui faisait sa légitimité est remise en cause

C’est très tôt que la presse s’est imposée comme un nouveau pouvoir remettant en cause le modèle arrêté par Montesquieu. La presse désigne l’ensemble des publications imprimées ou des activités journalistiques, leurs institutions, leur mode d’organisation et leur mode de fonctionnement, les liens d’influence réciproques qui se nouent avec les autres institutions et la société en général (Balle). C’est dès 1787 que Burke parle d’un « quatrième pouvoir ». Ainsi, dans De la démocratie en Amérique (1833), Alexis de Tocqueville retrace une nouvelle classification du pouvoir : le pouvoir central (exécutif, législatif et judiciaire), le pouvoir local (les pouvoirs fédérés), le pouvoir associatif (les lobbies) et enfin la presse écrite. La presse semble être le contre-pouvoir par excellence dans la mesure où « il n’a d’autre pouvoir que celui d’arrêter les pouvoirs » (Gauchet). Le pouvoir vient du verbe "pouvoir" qui signifie "avoir la capacité" ou "avoir la possibilité" de faire
Au sens général, le pouvoir désigne la faculté d’agir propre à l’être humain et, en un sens dérivé, l’aptitude d’un acteur donné à entreprendre des actions efficaces. Au sens interactionniste, capacité de A d’obtenir de B qu’il fasse une action Y à laquelle il ne serait pas résolu (Dahl). Au sens institutionnaliste, il désigne les gouvernants.
Aujourd’hui, les moyens de communication de masse ont pris dans notre société et chez les individus une place de plus en plus importante, à tel point que Baudrillard parle d’une « société de consommation ». Mc Quail a montré que l’influence des médias a connu trois cycles: dans les années quarante, on s’inquiète de son pouvoir, puis sous l’influence des études de Lazarsfeld dans les années soixante, on remet en cause ce pouvoir qui est analysé comme n’ayant pas d’effets majeurs sur le comportement des individus. Aujourd’hui, on se repose la question, les médias ayant acquis une légitimité certaine et surtout permettent de toucher massivement les individus. Cela ouvre donc un questionnement sur le rôle de la presse aujourd’hui: la presse est-elle vraiment le contre-pouvoir qu’elle prétend être? Si elle a une influence sur la politique et sur la société qu’il ne faut pas négliger, il apparaît qu’elle ait plutôt une action indirecte, limitant ainsi son influence sur le comportement des individus, d’autant qu’elle apparaît de plus en plus sous contrôle, perdant ainsi ce qui faisait sa force et sa légitimité : son autonomie. La presse a un pouvoir certain sur la société dans le cadre d’un régime représentatif où elle permet d’informer les individus et de forger l’opinion publique (I/). Cependant, son influence est à relativiser dans la mesure où elle n’est pas perçue par tous de la même manière et qu’elle semble aujourd’hui domestiquée (II/).

[...] Les seuls effets directs, à court terme et semblant ne concerner qu’un petit nombre de destinataires sont des effets de confirmation ou d’activation. Ainsi, dans une campagne électorale, les discours partisans exercent uniquement une influence sur un public déjà conquis. Les autres se feraient qu’éluder ce qui ne correspond pas à leurs convictions premières Une relativité dans la réception des informations C’est l’école de P. Lazarsfeld aux Etats-Unis dans les années 1940-1960 qui a mis en avant la nécessité de minimiser l’influence de la presse dans notre société, mais qu’il fallait plutôt s’attacher aux relations interpersonnelles. [...]


[...] Ce filtre dépendrait de notre âge, de notre sexe, de notre milieu social et culturel. Il prend pour illustrer son propos l’exemple des élections de 1940 où les votes ont été avant tout déterminés par les relations et non par la presse et les médias en général. En revanche, les médias ont touché une certaine catégorie de personnes, les plus attentives et intéressées qui elles ont relayé l’information. Il n’y a donc que très peu d’influence directe de la presse. [...]


[...] Cela a donc pour conséquence l’influence de la presse sur le comportement de chacun. A. Un contre-pouvoir permettant de préserver la démocratie 1. La presse a pour fonction première de protéger l’équilibre des pouvoirs L’appellation du 4ème pouvoir pour qualifier la presse date de 1787 avec Burke qui lui attribue la fonction de protection du pouvoir législatif, exécutif et judiciaire. Si l’on prend la définition que fait Montesquieu du pouvoir, celui de la presse répond à un tout autre raisonnement : il est le contre-pouvoir par excellence. [...]


[...] Ce sont donc bien les différents médias, et plus particulièrement la presse écrite et la télévision qui décident quels évènements sont importants ou non car ce sont nos seuls moyens d’information Ce qui influence le comportement des individus La presse possède donc bien le pouvoir de nous informer comme elle veut et cela a des conséquences sur notre comportement : plusieurs études ont été faites notamment par K et G Lang qui montrent que la presse permet de cristalliser les électorats. Ils citent à cet égard l’exemple des élections présidentielles américaines ou Kennedy a gagné grâce à une proportion d’électeurs indécis alors qu’il n’a remporté les élections que de voix. La presse a donc un certain pouvoir d’influence sur les individus et le politique l’a bien comprise. L’Histoire nous fournit à cet égard un certain nombre d’exemples : il y a tout d’abord le rôle de l’Affaire Dreyfus qui n’est devenue affaire que grâce à la presse. [...]


[...] Il ne faut pas seulement que les informations soient perçues par les individus, mais également que le public y prête attention. Un exemple flagrant est celui mis en avant par C. Swanson : après un discours du président Truman, les thèmes dont les gens se souvenaient n’avaient que peu de rapport avec les thèmes sur lesquels avaient insisté les journaux à la suite du discours. De la même manière, Stouffer révèle que même lors des moments forts d’une campagne présidentielle, un quart environ de l’électorat ne connaissait aucun des candidats à la vice- présidence. [...]

...

Ces documents peuvent vous intéresser

La presse a-t-elle trop de pouvoir et d'influence ?

 Arts & média   |  Autres médias   |  Dissertation   |  04/10/2007   |  fr   |   .doc   |   18 pages

L'influence des médias dans la vie politique et au sein de la démocratie

 Politique & international   |  Vie politique & élections   |  Dissertation   |  16/04/2008   |  fr   |   .doc   |   3 pages

Plus vendu(s) en sciences politiques

Le juge administratif et la Constitution (2007)

 Politique & international   |  Sciences politiques   |  Dissertation   |  29/12/2007   |  fr   |   .doc   |   7 pages

La géographie des conflits - Maie Gérardot et Philippe Lemarchand

 Politique & international   |  Sciences politiques   |  Fiche de lecture   |  16/10/2013   |  fr   |   .doc   |   44 pages
Offert !

Les stratégies d'amélioration des acquisitions orthographiques des élèves

Accéder à la dissert' du jour
Concours Oboulo !

Grâce à Oboulo, c'est 5 000€ de gains à gagner !

fin du concours dans
joursheuresminutessecondes PARTICIPEZ !