• Des milliers de documents dans plus de 30 matières !
  • Satisfait ou remboursé !
  • Publiez et soyez rémunéré !
  • En savoir plus

Informations sur l'auteur

Etudiant
Niveau
Grand public
Etude suivie
relations...
Ecole, université
Sciences Po

Informations sur le doc

Date de publication
27/05/2013
Date de mise à jour
29/05/2013
Langue
français
Format
Word
Type
commentaire de texte
Nombre de pages
6 pages
Niveau
grand public
Téléchargé
1 fois
Validé par
le comité Oboulo.com
0 réaction
0
réagissez !

Le discours d’inauguration de F. D. Roosevelt (4 mars 1933)

  1. Un discours d'inauguration franc, énergique, qui vise à redonner espoir aux Américains
    1. L'ampleur de la reconstruction nécessite de mener une guerre immédiate
    2. Un discours porteur d'espoir
  2. Une allocution qui dessine les grandes lignes d'une nouvelle donne, d'un ordre nouveau, ambitieux et prometteur, en rupture avec les maléfices de l'ordre ancien
    1. Annoncer une rupture
    2. Un bouleversement central dans ce discours : l'intervention de l'État au sein du système capitaliste
  3. Cependant, ce discours d'inauguration reste assez vague et les changements annoncés n'ont pas tous un caractère révolutionnaire
    1. Des considérations générales qui ne forment pas un programme précis
    2. Les changements annoncés ne sont pas toujours empreints d'un caractère révolutionnaire

Franklin Delano Roosevelt, cousin de l'ancien président républicain Théodore Roosevelt, reçoit l'investiture du parti démocrate en juillet 1932. En novembre 1932, Roosevelt est élu avec 57,4% des suffrages face à Hoover, 42 des 48 Etats lui ayant accordé la majorité.
1932-1933 : point culminant de la crise économique le plus grave de l’histoire des Etats-Unis. Les républicains ayant échoué à la résorber, les Américains ont décidé d'accorder leur confiance aux démocrates et au changement promis par leur candidat, sur la formule, encore vague, de "New Deal".

[...] Pour rompre avec cette peur, Roosevelt entend tout d’abord restaurer la confiance. On sent qu’il veut créer un choc psychologique pour rompre avec ce pessimisme ambiant en remontant le moral des Américains. Il prononça ainsi une phrase devenue célèbre : la seule chose que nous ayons à craindre, c’est la crainte elle-même Il s’agit aussi, par là même, de restaurer le crédit des dirigeants et du pays lui-même. L’acuité avec laquelle Roosevelt a analysé la situation d’alors est impressionnante et son niveau de réponse également. [...]


[...] De plus, il entend d’abord travailler au niveau national pour restaurer une économie saine. De toute évidence, Roosevelt privilégie ici la continuation de la politique traditionnelle américaine. D’ailleurs, durant la Conférence économique internationale de Londres (1933), il confirme ce choix en insistant sur la primauté au redressement intérieur par rapport à la coopération internationale. Ses propositions sont avant tout d’essence nationaliste. Enfin, les propositions que Roosevelt énonce dans ce discours s’appuient et s’inspirent parfois de réformes socio-économiques qui remontaient aux années antérieures. [...]


[...] Il pense aussi interdire aux banques de spéculer avec l’argent des autres. Ces mots seront concrétisés par l’une des premières réformes qu’a fait adopter Roosevelt en 1933 : le Glass Steagal Act qui sépare les banques de dépôt et les banques d’affaires. Le fait qu’il souhaite secourir et aider directement les victimes de la crise (l.30) et les agriculteurs (l.25) est caractéristique de cette volonté d’une nouvelle donne. En ce sens, Roosevelt prend le contrepied de son prédécesseur, en joue une nouvelle partie de cartes où les mises ne devraient pas toutes être raflées par le monde des affaires. [...]


[...] Bibliographie : J. CANU, Histoire de la nation américaine, Paris, Éditions Du Chêne p. C. FOHLEN, Les États unis au XXe siècle, Aubier Montaigne, Collection historique p. A. KASPI, Franklin Roosevelt, Fayard p. D. ARTAUD, L’Amérique en crise : Roosevelt et le New Deal, Armand Colin p. [...]


[...] En quoi est-il annonciateur de changements dans l’histoire américaine ? I. Un discours d’inauguration franc, énergique, qui vise à redonner espoir aux Américains. L’ampleur de la reconstruction nécessite de mener une guerre immédiate Tout d’abord, Roosevelt ne cache pas au peuple la profondeur de la reconstruction à venir. Par exemple, il parle clairement des dangers qui nous guettent et d’« une tâche sans précédent On comprend donc qu’il est conscient de l’immense tâche qui s’impose à lui et aux États-Unis. Il s’agit d’abord d’une reconstruction évidemment économique et sociale. [...]

...

Ces documents peuvent vous intéresser

Les mythes fondateurs de la politique américaine

 Politique & international   |  Sciences politiques   |  Mémoire   |  16/11/2006   |  fr   |   .doc   |   34 pages

Biographies des personnalités politiques de 1789 à nos jours

 Histoire & géographie   |  Histoire contemporaine   |  Fiche   |  06/05/2008   |  fr   |   .doc   |   150 pages

Plus vendu(s) en vie politique et élections

Le Hezbollah: son implication dans la vie politique et sociale du Liban

 Politique & international   |  Vie politique & élections   |  Mémoire   |  05/10/2007   |  fr   |   .doc   |   37 pages

Edifier une performance politique, la « maîtrise » de la sphère médiatique par N.Sarkozy

 Politique & international   |  Vie politique & élections   |  Mémoire   |  28/09/2008   |  fr   |   .doc   |   136 pages
Offert !

Elaboration d'un projet professionnel dans le milieu du sport

Accéder à la dissert' du jour
Concours Envoi de docs

5 000€ de gains à partager
Nouveau ! 2x plus de chances de gagner grâce à vos études de marché. en savoir plus

fin du concours dans
joursheuresminutessecondes PARTICIPEZ !