• Des milliers de documents dans plus de 30 matières !
  • Satisfait ou remboursé !
  • Publiez et soyez rémunéré !
  • En savoir plus

Informations sur l'auteur

Consultante RH
Niveau
Expert
Etude suivie
management...
Ecole, université
Psychoprat...

Informations sur le doc

Date de publication
06/01/2008
Langue
français
Format
Word
Type
dissertation
Nombre de pages
6 pages
Niveau
expert
Téléchargé
6 fois
Validé par
le comité Oboulo.com
0 réaction
0
réagissez !

Questions morales et déontologiques relatives au mémoire de psychologie

  1. Dégager les problématiques morales afférant au domaine traité
  2. Avancer des arguments devant asseoir mon jugement éthique face à la situation étudiée
  3. Mentionner les questions déontologiques liées à votre intervention spécifique sur le terrain
  4. Préconiser des attitudes, voire des solutions adaptées aux problèmes posés, notamment quand se présente un conflit de conscience

Mon sujet de mémoire de fin d’études porte sur l’impact des classes préparatoires sur la gestion du stress et de la frustration des étudiants sortant de cette filière et l’influence durable de cette formation sur le mode de fonctionnement psychique.
Certains ont fait des classes préparatoires pendant deux ou trois ans. Ce mode de préparation spécifique qui requiert un travail assidu, une attention et une concentration soutenues implique surtout une gestion particulière du stress et de la frustration. Je me suis souvent demandée pourquoi certains arrivaient à suivre ce rythme infernal de la “prépa” Ma première idée a été de chercher pourquoi certains seraient capables de suivre une classe préparatoire et d’autres non. Serait-ce une différence de potentiel cognitif ? Des stimulations éducatives plus ou moins soutenues depuis l’enfance ? Un milieu scolaire, familial et/ou social plus favorisant qu’un autre ? Pourtant, beaucoup de différences subsistent et les trajectoires personnelles me semblaient trop difficiles à analyser et à prendre en compte. J’ai alors orienté mon idée sur les classes préparatoires elles-mêmes et non plus la capacité d’y entrer. Ce qui différencie cette filière particulière est entre autres la capacité à gérer la frustration et le stress que ces deux années d’études intensives engendrent. Comment arriver à concilier vie privée, familiale, sociale et travail intensif permanent ? Comment arriver à gérer la pression et la réussite dans cette filière et les frustrations que la fin du développement psychique de l’adolescence entraîne ?
Compte tenu de mon hypothèse (seuls les sujets entre 25 et 35 ans et ayant des postes à responsabilités seront pris en compte), les rencontres se feront dans le cadre d’entretiens individuels semi-directifs sur leur lieu de travail (salle de réunion) Je leur ferai passer un questionnaire et le test de stress de J.R. STROOP. Un court entretien téléphonique aura eu lieu au préalable pour exposer clairement ma demande (cadre d’intervention et objectifs poursuivis, implication demandée, outils utilisés, restitution, confidentialité, etc.)

[...] Notre Code de Déontologie nous a inculqué un devoir de respect et de compréhension de l’Homme dans toute situation (décision ou interrogation professionnelle dans le monde de l’entreprise, dénouement d’une situation conflictuelle, etc.) Ainsi, je pense qu’il peut nous servir de référence même en dehors d’une relation d’aide personnalisée telle que la psychologie clinique où notre Code y est incontournable. C’est donc ce que j’ai essayé de mettre en application pour ma recherche. Au vu de la double dimension de mon mémoire (population en entreprise et orientation clinique du sujet), j’ai eu des difficultés pour savoir quelles règles suivre à propos des outils utilisés et de l’exploitation des résultats. Si mon sujet était clinique, les outils d’investigation devaient être adaptés aux objectifs poursuivis. [...]


[...] Il les informe des modalités, des objectifs et des limites de son intervention( ) Dans les situations de recherche, il les informe de leur droit à s'en retirer à tous moments.” (Code de Déontologie des Psychologues, Titre II, Chapitre Article Dans un premier temps, je précise donc dès le premier contact (téléphonique ou mail) les grandes lignes du cadre de ma démarche, le contenu de l’entretien éventuel, l’utilisation des données recueillies et les objectifs poursuivis. C’est à dire que je les contacte dans un but de recherche dans le cadre de mon mémoire de fin d’études de psychologie. Le sujet portant sur l’impact des classes préparatoires sur la gestion du stress et de la frustration des étudiants sortant de cette filière et l’influence durable de cette formation sur le mode de fonctionnement psychique. [...]


[...] Les tests projectifs pouvaient donc être utilisés et les résultats exploités en totalité. En ressortait alors un profil de personnalité qui venait compléter l’étude sur la gestion du stress. Mais le contexte dans lequel les sujets se trouvaient ne pouvait s’y prêter. L’intérêt clinique des tests projectifs ne trouvait pas sa place au sein de l’entreprise. L’investigation profonde de la personnalité n’avait donc pas lieu d’être. Qu’aurais-je fait si j’avais décelé des troubles psychiques ? Ou même provoqué une souffrance psychique du fait de l’investissement que demandent ces tests ? [...]


[...] mission fondamentale du psychologue est de faire reconnaître et respecter la personne dans sa dimension psychique. Son activité porte sur la composante psychique des individus, considérés isolément ou collectivement.” (Code de Déontologie des Psychologues, Titre II - Article IV Préconiser des attitudes, voire des solutions adaptées aux problèmes posés, notamment quand se présente un conflit de conscience Le conflit de conscience que je vais présenter a été résolu via la lecture du Code de Déontologie, comme je l’ai présenté plus haut. Mais mon interrogation demeurait malgré tout. [...]


[...] Enfin, les considérations particulières soulevées par la recherche sont quasi nulles. En effet, les sujets sauront à quoi s’attendre quant aux tenants et aux aboutissants de ma recherche, donc ils n’auront pas de fausses espérances. D’une part, les outils utilisés ne sont pas intrusifs pour le sujet (entretien semi-directif et test de Stroop) ; d’autre part, il a été convenu que je ne prendrai pas en compte les sujets dits «pathologiques ( dépression, somatisation, ou décompensations diverses liées aux classes préparatoires ; ou burn out dans l’entreprise) Stigmatisation sociale (exemple des sujets parfois au placard”, identifiés comme dépressifs et qui sont isolés), anxiété (relative à l’investissement que demandent les tests ou à la délicatesse/confidentialité du sujet abordé par peur de remontrances venant de la hiérarchie) ou perturbations quelconques sont donc écartées. [...]

...

Ces documents peuvent vous intéresser

La déontologie dans la Police nationale

 Droit public & international   |  Administratif   |  Mémoire   |  13/03/2006   |  fr   |   .doc   |   115 pages

Comment s'inscrire dans une démarche éthique vis-à-vis de la question de l'influence (dont on ne...

 Société & moeurs   |  Psychologie   |  Dissertation   |  17/08/2006   |  fr   |   .doc   |   9 pages

Plus vendu(s) en psychologie

Les secrets des communicants : théories de la communication, communication verbale et non...

 Société & moeurs   |  Psychologie   |  Dissertation   |  12/02/2014   |  fr   |   .doc   |   9 pages

L'importance de la formation du symbole dans le développement du Moi, in Essais de Psychanalyse,...

 Société & moeurs   |  Psychologie   |  Fiche de lecture   |  28/03/2003   |  fr   |   .doc   |   8 pages
Offert !

Analyse stratégique de Google glass (2014)

Accéder à la dissert' du jour
Concours Envoi de docs

5 000€ de gains à partager
Nouveau ! 2x plus de chances de gagner grâce à vos études de marché. en savoir plus

fin du concours dans
joursheuresminutessecondes PARTICIPEZ !