• Des milliers de documents dans plus de 30 matières !
  • Satisfait ou remboursé !
  • Publiez et soyez rémunéré !
  • En savoir plus

Informations sur l'auteur

étudiant
Niveau
Avancé
Etude suivie
Bac S,...
Ecole, université
Sciences Po...

Informations sur le doc

Date de publication
22/10/2001
Langue
français
Format
Word
Type
fiche de lecture
Nombre de pages
4 pages
Niveau
avancé
Téléchargé
42 fois
Validé par
le comité Oboulo.com
0 réaction
0
réagissez !

Les sondages

  1. Le sondage au croisement des domaines politique et sociologique
  2. Vulnérabilité scientifique du sondage
  3. L'opinion publique : une notion qui fait débat
  4. Les conséquences politiques du rapport flou entre sondage, opinion publique et politique

Fiche de lecture : Patrick Champagne, Conclusion de Faire l'opinion, le nouveau jeu politique, Les Éditions de Minuit, 1990 et Loïc Blondiaux "Ce que les sondages font à l'opinion publique" in Politix, n°37, premier trimestre 1997.

La place croissante qu'ont pris les sondages dans la vie politique et médiatique depuis les années 1930 aux États-Unis et 1960 en Europe a suscité de nombreux travaux. En effet, le sondage prétend pouvoir mesurer de façon scientifique "l'opinion publique"alors que la possibilité de son évaluation divisait tant les sociologues que les hommes politiques, quand ils ne doutaient pas de son existence même. Tout comme l'expression "opinion publique" n'est utilisé pour la première fois dans un contexte hautement politique (la Révolution Française), la pratique du sondage débute au cours d'un événement politique majeur, les élections présidentielles américaines de 1936. Les termes de "sondage" et "d'opinion publique" se placent d'emblée au croisement des domaines politiques et sociologiques, entre une logique politique et une logique scientifique. De manière significative, les deux textes étudiés ici proviennent d'auteurs qui représentent chacun un de ces pôles. Patrick Champagne, proche de la pensée bourdieusienne (on remarque dans son texte l'usage fréquent des termes champ, domination pour ne citer que ceux-là) pourrait incarner le sociologue mais ne se cantonne pas à cet exercice de style et montre l'impact que peuvent avoir les sondages dans le jeu politique. De la même manière, Loïc Blondiaux, professeur à l'IEP de Lille et maître de conférences en Sciences politiques, pourrait se cantonner au rôle de l'analyste politique. Il n'en est rien, puisque lui aussi se penche sur les aspects plus sociologiques du sondage et de la notion d'opinion publique, sur leurs conditions de scientificité, et pas uniquement de légitimité politique. Pourquoi les notions de sondage et d'opinion publique sont-elles aussi attachées l'une à l'autre alors que le premier ne devrait être que la mesure du second ? Pourquoi les aspects scientifiques et politiques se mêlent-ils de façon aussi inextricable ?

[...] La pratique actuelle des sondages, quasiment hebdomadaire (cf. le "baromètre" BVA-Paris Match) place les hommes politiques en situation d'élections permanentes, leur retirant donc la quiétude et la durée nécessaire pour gouverner. Mais (et même si cela n'y est pas réductible), ne peut-on pas voir dans cette peur la peur de la foule telle que l'entendaient Tarde ou Le Bon, changeante, mouvante, en bref incontrôlable ? Le deuxième danger qui pèse sur la démocratie serait celui de donner à des opinions incompétentes autant de poids qu'à des experts, le nombre leur permettant de les dépasser. [...]


[...] La pratique du sondage tient lieu de justification du sondage lui-même. On a là un effet d'auto-renforcement, chacun des termes justifiant et dévoilant l'autre. L'opinion publique existe donc on peut la sonder, l'opinion publique existe parce qu'on la sonde. On peut imaginer que ce flou qui entoure le rapport entre sondage, opinion publique et politique a des conséquences proprement politiques dans l'usage qui est fait des sondages. On retrouve ici les analyses de l'école bourdieusienne en termes de champs (donc de légitimation par rapport à d'autres champs et à l'intérieur même de son propre champ) et de domination. [...]


[...] Son affirmation que les sondages sont un outil de domination des dominants est moins contestable. Les questions des dominants (puisque les sondeurs sont supposés reproduire des conceptions dominantes) contiennent déjà en elles-même une vision du monde. Encourager les gens à répondre à des questions qu'ils ne se posaient pas (ou pas en ces termes), c'est déjà leur faire partager, en les leur montrant, des préoccupations, des visions du monde. On aborde ici le problème des cultures et de leurs influences respectives, qui est peu abordé dans ces deux textes. [...]


[...] Après tout le sociologue, dans sa lutte contre le sens commun, ne fait-il pas lui-même usage de ces sondages ? Pourquoi dénier en politique cette capacité que l'on accorde tacitement en sociologie ? À moins que le mythe du sociologue chasseur de mythes ne soit lui-même qu'un outil de domination, le sociologue se donnant ainsi les moyens d'élaborer de nouveaux mythes ? Toute pensée en termes de domination, de système, de positionnement par rapport à autre chose contraint quasiment à cette conclusion quelle que peu inquiétante. [...]


[...] Entre positivisme et normativité, la sociologie alterne les critères scientifiques et les critères politiques ou idéologiques sans qu'il soit toujours possible de percevoir le moment où l'on passe de l'un à l'autre, sans qu'il soit même parfois possible de distinguer les deux domaines. Ce faisant, il est vrai que l'usage des sondages peut renforcer des dangers qui sont inhérents à la démocratie. L'introduction d'un registre d'argumentation et de légitimation supplémentaire ouvre un nouveau domaine d'affrontement. Mais considérer que ce domaine ne peut-être dominé que par les dominants est un peu pessimiste. [...]

...

Ces documents peuvent vous intéresser

Que peut-on dire des sondages politiques ?

 Politique & international   |  Vie politique & élections   |  Dissertation   |  16/10/2000   |  fr   |   .doc   |   8 pages

Que penser de la loi réglementant les sondages?

 Politique & international   |  Vie politique & élections   |  Dissertation   |  20/07/2003   |  fr   |   .doc   |   7 pages

Plus vendu(s) en sociologie

Bourdieu, Pierre, La domination masculine, 1998, Le Seuil

 Société & moeurs   |  Sociologie   |  Fiche de lecture   |  29/06/2008   |  fr   |   .doc   |   26 pages

Les femmes victimes de violences conjugales : de la honte à la lutte

 Société & moeurs   |  Sociologie   |  Mémoire   |  15/11/2012   |  fr   |   .doc   |   39 pages
Offert !

Analyse du secteur de l'eau en bouteille en France en 2009, en vue du lancement d'un nouveau produit

Accéder à la dissert' du jour
Concours Envoi de docs

5 000€ de gains à partager
Nouveau ! 2x plus de chances de gagner grâce à vos études de marché. en savoir plus

fin du concours dans
joursheuresminutessecondes PARTICIPEZ !