• Des milliers de documents dans plus de 30 matières !
  • Satisfait ou remboursé !
  • Publiez et soyez rémunéré !
  • En savoir plus

Informations sur l'auteur

Etudiante
Niveau
Grand public
Etude suivie
littérature
Ecole, université
Sorbonne...

Informations sur le doc

Date de publication
12/04/2008
Langue
français
Format
Word
Type
fiche de lecture
Nombre de pages
2 pages
Niveau
grand public
Téléchargé
5 fois
Validé par
le comité Oboulo.com
0 réaction
0
réagissez !

François Villon à l’école de la lettre pervertie : le début du Testament ou la satire impossible

  1. Une technique d'écriture et un objectif différents de ce que l'on trouve habituellement à l'époque
  2. Une particularité qui reflète la dualité de François Villon et de sa représentation du monde, mais également le reflet de sa marginalisation

Dans un article intitulé « François Villon à l’école de la lettre pervertie : le début du Testament ou la satire impossible », Jean-Claude Mühlethaler écrit : « Ni louange, ni blâme !… François Villon ne se contente pas de refuser à la fois l’un et l’autre des rôles traditionnellement assignés à la littérature ; il va jusqu’à se poser en auteur a-moral, pratiquant une écriture sans fondement éthique et, par conséquent, sans légitimité ni dignité, propre à scandaliser ». Cet extrait nous amène à nous demander pour quelles raisons François Villon refuse un positionnement moral ?

[...] François Villon lui- même est un personnage double. Cette dualité s’observe avec les deux images poétiques qu’il s’attribue et se crée : celle plutôt positive du bon folâtre, moquer et farceur et celle plutôt négative du mauvais garçon, sombre et coquillard. Tout comme lui, le monde est duel, rempli de paradoxes et de contradictions. Dans son écriture, François Villon allie les aspects positifs et négatifs, en allant jusqu’à le faire se confondre. Celle donne une impression d’authenticité et l’impression que le monde est représenté tel qu’il est : dans sa complexité. [...]


[...] Il reprend, en parodiant, dans la Ballade [de Villon a s’amye] la tradition du chant courtois. Ce chant courtois se retrouve juxtaposé à la poésie urbaine, tout comme le Bien se retrouve mêlé au Mal. Ainsi, la louange et le blâme ne sont plus possibles puisqu’il n’y a ni l’un, ni l’autre exclusivement : le Bien et le Mal cohabitant. L’objectif de François Villon n’est pas de juger le Bien et le Mal, ni de déterminer la moralité ou l’éthique. [...]


[...] Ainsi, François Villon ne veut pas trancher dans un sens, puisque les deux sont possibles simultanément. Il ne faut pas oublier que François Villon est un personnage marginal qui refuse donc les modèles préétablis par la société. Cela explique pourquoi il est a-moral : il n’est ni comme les autres moral ni l’exact inverse des autres immoral. Il refuse de se positionner et de positionner les autres sur une échelle de Bien ou de Mal, de moralité ou d’immoralité, d’éthique ou de non-éthique, puisque cette échelle est déterminée selon les critères établis par la société. [...]

...

Ces documents peuvent vous intéresser

"Le Pédant joué" de Cyrano de Bergerac: enjeux "dramadynamiques" au coeur de la prose

 Philosophie & littérature   |  Littérature   |  Mémoire   |  11/12/2005   |  fr   |   .doc   |   83 pages

Plus vendu(s) en littérature

Littérature et société en France de 1870 aux années 1980

 Philosophie & littérature   |  Littérature   |  Cours   |  22/03/2010   |  fr   |   .doc   |   8 pages

Les fonctions de la littérature

 Philosophie & littérature   |  Littérature   |  Fiche   |  12/04/2010   |  fr   |   .doc   |   7 pages
Offert !

Analyse du secteur de l'eau en bouteille en France en 2009, en vue du lancement d'un nouveau produit

Accéder à la dissert' du jour
Concours Envoi de docs

5 000€ de gains à partager
Nouveau ! 2x plus de chances de gagner grâce à vos études de marché. en savoir plus

fin du concours dans
joursheuresminutessecondes PARTICIPEZ !